MENU

Histoire du Stade Geoffroy-Guichard

Le 13 septembre 1931 est inauguré le Stade Geoffroy-Guichard, devenu l’un des symboles de la ville de Saint-Etienne.

D’un stade omnisports…

Le football professionnel n’existe pas encore en France et pourtant l’entreprise Casino souhaite la construction d’un complexe sportif moderne pour l’Association Sportive Stéphanoise, à l’image de Sochaux soutenu par l’entreprise Peugeot ou de l’ASM par Michelin.

Le terrain, marécageux et dont le sous-sol est considéré comme instable par la présence de galeries de mines de charbon, est acheté à la duchesse de Broglie, fille du Baron de Rochetaillée par Geoffroy Guichard et la société anonyme des Amis du Sport. À vocation omnisports, la forme du Stade Geoffroy-Guichard garde la forme des stades olympiques de l’époque : un terrain d’honneur (100 x 66 m) ceinturé par une piste d’athlétisme (400  x 6 m). À proximité, sont installés des terrains d’entraînement, des terrains de basket, de volley et des sautoirs.

Une tribune d’honneur de 800 places (future tribune Faurand) est construite par l’architecte Henri Ploquin, au sein de laquelle des vestiaires et des douches sont installés. Il reprendra cet aménagement lors de la construction du Vélodrome de Marseille. La construction est assurée par l’entreprise Bouhana qui a notamment construit en 1924, le Stade Olympique de Colombes.

Vue aérienne 1930 _ image Philippe DE WITTE

Le 13 septembre 1931 a lieu une journée de gala programmée pour son inauguration. Plusieurs personnalités sont invitées à l’image du ministre chargé des Sports. La journée commence avec un match de football opposant l’ASS-FU  (équipe universitaire stéphanoise) alliée avec le Saint-Étienne FC contre l’As Cannes. Le résultat est sans appel, 9-1 pour l’équipe cannoise. Après le match, des épreuves d’athlétisme sont organisées. S’en suit un match de rugby en l’AS Montferrand et l’ASS-FU, là encore l’équipe locale va perdre 32 à 11. La journée se termine par un banquet et un dîner de gala au grand hôtel.


En 1936, alors que le club accède à la 1ère division, une deuxième tribune est construite en face de la tribune d’honneur. Elle prend le nom de tribune Henri Point, bras droit de Pierre Guichard, décédé quelques années auparavant le 6 février 1934. Cette tribune, construite par l’architecte Édouard Hur et réalisée par l’entreprise Thinet, peut contenir 1 500 places.


… à un stade de football à l’anglaise.

En 1957, l’ASSE remporte, sous la présidence de Pierre Faurand, son 1er titre : le trophée de champion de France. Le développement de l’ASSE, et les attentes de la Ligue Nationale de Football (LNF) engagent alors le Stade Geoffroy-Guichard à se moderniser. La piste d’athlétisme est supprimée offrant une proximité des spectateurs avec les joueurs sur le terrain.

C’est le début du stade dit « à l’anglaise », c’est-à-dire comportant quatre tribunes indépendantes encadrant le terrain, à l’exemple du stade Anfield de Liverpool construit en 1884. Les gradins sont réaménagés et surélevés. L’architecte Édouard Hur et la Société Forézienne de Travaux Publics, dirigée par Roger Rocher sont en charge des travaux. De nouveaux aménagements sont prévus : tribune de presse, urinoirs (côté rue de la Tour) et salles de soin, de réunion et de culture physique. La capacité du stade atteint plus de 30 000 places.

Le stade à l'anglaise _ image Philippe DE WITTE

Les coûts engagés sont difficilement supportables pour la Société immobilière du Stade Geoffroy-Guichard, toujours aux mains de la famille Guichard et de Casino. Après une première tentative avortée en 1957, Roger Rocher, élu nouveau président de l’ASSE, s’entend avec Michel Durafour, maire de Saint-Etienne, sur la vente du stade. La ville se porte acquéreur le 14 juin 1965 pour 1 530 000 francs et donne un baille de 30 ans à l’ASSE qui reste alors le seul locataire de Geoffroy-Guichard.

En 1965, un nouvel éclairage est installé à la demande de la LNF pour permettre la réalisation de matches en nocturne. Des pylônes d’éclairage hauts de 60 m sont installés aux quatre angles, interdisant ainsi toute fermeture du stade pendant 30 ans.

 

Un stade à la hauteur des compétitions internationales

Le succès du club dans les années 70 et le développement des supporters, incitent la ville et le club à engager de nouveaux travaux afin d’améliorer l’accueil des spectateurs : aménagement de la buvette, des vestiaires, de locaux sous la tribune Henri Point, création d’un logement pour le gardien à proximité, des guichets de billetterie et un nouveau siège administratif. L’architecte Raymond Martin, chargé des travaux, le développe sur deux étages dans la tribune Pierre Faurand, et le ferme par une façade de verre côté rue.
Lors du match retour en Coupe d’Europe des clubs champions contre d’Hajduck Split le 6 novembre 1974, l’ASSE gagne 5 buts à 1 et se qualifie pour les quarts de finale. Un journaliste yougoslave présent dans le stade, surpris par la ferveur des supporters, lui donne le surnom de « Chaudron ».

En 1984, la ville reçoit le championnat d’Europe des Nations (Euro). Le Stade Geoffroy-Guichard qui accueille la compétition engage des travaux d’agrandissement. Ceux-ci correspondent aux attentes de Roger Rocher qui souhaite porter la capacité à 55 000 places. La capacité n’atteindra que 48 000 places pour réduire les coûts (81 millions de francs). Le plan à l’anglaise est préservé. Des toits en plexiglas sont disposés pour permettre un meilleur ensoleillement et éviter le gel de la pelouse.

Le stade en 1998 _ image Philippe DE WITTE

Retenu parmi les dix stades accueillant la Coupe du Monde 1998, Geoffroy-Guichard est une nouvelle fois rénové et mis aux normes de la FIFA (accès handicapés, PC de sécurité, uniquement en places assises…). Le coût total est de 98 millions de Francs). Les abords du stade sont réaménagés pour 60 MF environ.

Les places en « Kops » sont remplacées par des sièges. La tribune Henri-Point est remodelée pouvant accueillir 2 000 personnes au total. La pente des gradins a été remodelée. Durant l’année 1996, la pelouse est complètement changée et agrandie. Une « opération pelouse » est organisée. Pour 50F, 600 personnes partent avec un morceau de pelouse. Le terrain passe de 116 mètres à 122 mètres. La surface de jeu est de 105 x 68 m. Chaque tribune est desservie par une billetterie. La tribune Henri Point subit la plus grosse modification avec 3 000 places ajoutées et l’installation de quatre fûts de béton avec structures métalliques permettant la suppression des piliers pouvant gêner la vue.

En 2006, à l’occasion de la coupe du monde de rugby en France, des 2 600m² de panneaux photovoltaïques sont installés sur le toit de la tribune Faurand.      

En 2010, Saint-Etienne est de nouveau candidate pour recevoir une compétition sportive d’envergure : l’Euro 2016. Si l’accueil de ce type d’événement impose un cahier de charges exigeant et entraîne des travaux, Saint-Etienne Métropole estime que les retombées en communication, image et développement le valent. L’objectif est de montrer l’enthousiasme d’une ville de football, l’hospitalité et la convivialité de ses habitants.
Le 21 octobre 2010, le conseil communautaire adopte un nouveau projet de configuration, parmi les quatre présentés. C’est le cabinet d’architectes parisien Chaix et Morel et Associés, assisté de l’entreprise de BTP Leon Grosse qui remporte l’appel d’offre. Les architectes ont déjà travaillé sur des stades comme le Stade de la Licorne d’Amiens (1999) ou le Stade des Alpes de Grenoble (2008).

Le coût du projet est estimé à 58 millions d’euros (coût final : 71 millions d’euros). Il prévoit la fermeture des angles des tribunes permettant ainsi d’augmenter la capacité du stade d’environ 8 000 places. L’objectif était de passer de 33 500 places à 40 000. C’est finalement une capacité de 42 000 places qui est réalisée, chiffre symbolique puisqu’il s’agit du code postal de Saint-Etienne. La fermeture des angles sonne le glas du stade « à l’anglaise », bien que des ouvertures sur le paysage et un jeu de transparence tentent d’atténuer l’effet d’espace clos.

Le stade Geoffroy-Guichard (2016) _ image Philippe DE WITTE

Les travaux débutent en juin 2011 : démontage des éléments mobiles (assises, écran…), et des tribunes, pose d’un récupérateur d’eau de pluie pour l’arrosage. Les espaces « hospitalités » (salons, loges…)sont développés. De nouveaux sièges avec dossier escamotable sont installés. En 2013, les travaux de l’angle sud-ouest accueillant le Musée des Verts sont engagés. La nouvelle pelouse est surélevée de 20 cm, et dotée d’un système anti-gel et d’arroseurs automatiques. Le 8 mars 2015 contre Lorient, le stade est officiellement homologué pour l’Euro 2016 avec 42 000 places assises.

 

Les cartes postales de Philippe DE WITTE sont en vente au Musée des Verts. 

Logo France football, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo L'équipe, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo Stef, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo Archives municipales, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo Pressesports, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo La Tribune le Progrès, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo Les poteaux carrés, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo Casino, partenaire officiel de Le musée des Verts
Logo Eovi, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo Saint-Etienne métropole, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo Loire le Département, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo ASSE, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo Ville de Saint-Etienne, partenaire officiel de Le musée des Verts Logo Crédit Mutuel, partenaire officiel de Le musée des Verts
Musée des Verts - Site officiel du musée de l'ASSE - Voyagez dans la légende des Verts
Musée des Verts
Stade Geoffroy-Guichard

14 Rue Paul et Pierre Guichard - 42028 SAINT ETIENNE CEDEX 1
Tél. 04 77 92 31 80
museedesverts@asse.fr
© 2017 / Musée des Verts - Tous droits réservés | Mentions légales | Contact